En bref

U31, la startup qui rend les contenus textuels plus accessibles - The Good Manager

Le Labo de l’édition participe au projet européen The Good Manager qui vise à encourager la mise en place d’un numérique durable et inclusif. Co-financé par le programme Erasmus+ et porté par Paris&Co avec des partenaires européens, ce projet est né d’un constat : former les professionnels à un usage responsable du numérique est un enjeu qui relève aujourd’hui de l’urgence. La plateforme The Good Manager a pour but est de sensibiliser et de former les professionnels grâce à des ressources et modules de formation. Nous avons choisi d’y mettre en avant U31, l’une de nos jeunes entreprises innovantes qui contribue à créer un monde numérique plus accessible.

 

U31 a pour vocation de rendre plus accessibles les contenus textuels grâce à un outil qui permet de vérifier, d’adapter ou de créer des textes clairs pour tous. Avec une équipe experte et une technologie innovante, elle a pour ambition de diffuser le Langage Clair et d’accompagner différents acteurs dans l’adaptation de leurs contenus afin de les aider à s’adresser à tous. L’équipe développe l’éditeur U31, un logiciel en ligne pour aider à la rédaction de textes clairs, lisibles, qui facilitent la prise d'information pour tous. Dans le cadre d’une démarche expérimentale, U31 a été sollicitée par la mairie de Saint-Chamond pour l’adaptation en Langage Clair des 4 pages les plus consultées du site web de la ville.

 

Rencontre avec la mairie de Saint-Chamond et de Morgane Hauguel, fondatrice de U31

 

Quels ont été les bénéfices du projet ?

Mairie de Saint-Chamond : Ce projet a permis de sensibiliser les équipes de la Mairie au sujet de l’accessibilité numérique et du handicap. Lorsqu’on n’est pas confronté au handicap ou aux difficultés de lecture, on ne connaît pas bien ce monde. Le projet avec U31 nous a poussé.e.s à nous mettre à la place des personnes ayant des difficultés d’accès à la lecture et au numérique. Nous avons pris conscience de l’importance de l’accessibilité d’un site. Nous savons que cela va changer notre façon de rédiger et de créer nos designs. Nous avons présenté l’initiative à notre direction générale en septembre 2020 ainsi qu’à Monsieur le Maire, et la démonstration d’U31 les a intéressés et convaincus pour lancer la 1ère phase du projet. Il y a également eu un autre bénéfice : le projet s’inscrivant dans une démarche RSO a permis aux différents services municipaux de mieux collaborer, et partager leur approche métier autour du handicap.

Morgane Hauguel : Le projet est en cours donc nous n’avons pas encore de retour des utilisateurs, mais ce devrait être le cas bientôt. Pour mesurer l’efficacité de notre outil, nous pouvons réaliser des tests oculométriques pour analyser l’activité oculaire des utilisateurs et voir si le confort de lecture est amélioré côté usager. Nous pouvons également analyser le taux d’abandon et le temps passé sur chaque étape du site web. Pour la mairie de Saint-Chamond, nous ferons surtout des enquêtes qualitatives auprès de leurs publics.

 

Quelles ont été les contraintes ?

Morgane Hauguel : Les premières contraintes sont d’ordre technique. Il faut faire en sorte que l’outil soit compatible avec le site. Lorsqu’on part d’un site déjà existant, il y a des process de publication déjà installés et des marchés contractualisés avec des prestataires. Donc lorsqu’on lance une démarche expérimentale, les clients peuvent parfois se sentir un peu débordés. Notre travail est de faire quelque chose de peu contraignant pour eux : dans un premier temps nous faisons des tests sur des choses simples, avant de les engager sur des chantiers plus complexes.

De plus, le travail sur le FALC (Français Facile à Lire et à Comprendre) nécessite une collaboration avec un ESAT (établissements ou services d'aide par le travail) qui doit valider le texte avant sa mise en ligne. Cela implique donc un délai, et c’est une validation qui a un coût. Enfin, le FALC change totalement la mise en page et le contenu, ce qui demande du temps et de l’énergie.

La dernière contrainte, c’est le risque que les usagers se sentent dévalorisés par l’outil, il faut veiller à ce que cela n’arrive pas en communiquant de la bonne façon.

Mairie de Saint-Chamond : Nous avons effectivement pu sentir les contraintes évoquées par Morgane, mais la première contrainte est de convaincre les instances décisionnelles de l’intérêt d’un tel outil, de se lancer dans une démarche expérimentale, sans recul, sans référence.

 

Quels conseils donneriez-vous à une autre entreprise ? 

Mairie de Saint-Chamond : Pour les structures qui souhaiteraient mettre en place ce type de projet, le point le plus important est d’être sensibilisé ou de se sensibiliser, ainsi que ses collaborateurs aux enjeux d’accessibilité, de fracture numérique et de handicap. C’est indispensable dans une telle démarche, cela permet de bien saisir les problématiques mais aussi d’avoir des arguments pour convaincre. Le deuxième conseil est de tester les outils avec son public pour voir comment ils sont perçus et ce que l’on peut améliorer.

Morgane Hauguel : Le conseil que je pourrais donner est d’y aller par étape, petit à petit, en commençant par des choses simples comme l’adaptation d’une ou deux pages web, et de voir si on peut aller plus loin par la suite.

 

Quelles sont les prochaines étapes ?

Mairie de Saint-Chamond : La prochaine étape est l’adaptation de tout le site web.

 

Une interview à retrouver prochainement sur https://thegoodmanager.eu/fr/

Pour en savoir plus sur The Good Manager, cliquez ici