En bref

  • Fondateurs :

    Katharina Loix van Hooff

Les Argonautes Éditeur, la première maison d’édition indépendante spécialisée en littérature européenne

Les Argonautes Éditeur est une maison d'édition indépendante spécialisée en littérature européenne qui a pour ambition de réinventer le lien entre l'éditeur et le lecteur. Fondée par Katharina Loix van Hooff, Les Argonautes ont pour objectif de publier à terme 10-12 titres par an avec les premières parutions prévues pour 2022/2023. Riche en émotions et emblématique de l’histoire et de la culture d’un pays, d’une ville, d’une région de l’Europe, chaque publication sera pensée comme un événement. Afin de renforcer le lien avec un lectorat plus éclectique et d’attirer une nouvelle génération de lecteurs, les Argonautes développent actuellement une plateforme interactive autour de la littérature européenne. Des outils innovants de recherche, de recommandation et de mise en relation permettent l’interaction des utilisateurs et des différents partenaires de la transmission culturelle afin de faciliter l’accès et mettre en lumière la richesse et la diversité de la création littéraire européenne en France. Rencontre avec Katharina Loix Van Hooff, fondatrice de la maison d’édition.

 

 

 

 

Qui êtes-vous ?

 

Les Argonautes Éditeur est une maison d’édition indépendante, spécialisée en littérature européenne, et qui a pour ambition de réinventer le lien entre l’éditeur et le lecteur. Nous sommes une petite équipe réunissant la fondatrice, moi-même, une apprentie et des free-lances. Nous travaillons avec une agence de conception web qui s’occupe du développement de la plateforme (que nous évoquerons plus loin) et avec une agence de Design UX, mais aussi avec des conseillers externes qui se sont liés au projet pour le volet commercial, la communication et les relations avec les libraires.

 

En ce qui me concerne, cela fait vingt ans que je travaille dans le monde de l’édition, aussi bien en tant qu’éditrice, qu'autrice, agent littéraire et conseillère. De nombreux livres européens excellents sont traduits et publiés chaque année. Mais cela m’a toujours chagriné de les voir disparaître de la circulation très rapidement. Quand un investisseur m’a proposé de monter une maison d’édition pour lui, j’ai tout de suite eu envie de mener la réflexion plus loin. Finalement, la crise a découragé l’investisseur, mais moi je n’ai pu m’empêcher de continuer mon projet. C’est comme cela que Les Argonautes sont nés.

 

Pourquoi avoir choisi le nom « Les Argonautes » ?

 

Les Argonautes sont un groupe qui suivent Jason dans ses épreuves à bord du navire Argo, pour retrouver la Toison d’Or. C’est un des mythes fondateurs de l’Europe et une partie intégrante du patrimoine et de la culture européenne. Les grands récits épiques grecques sont le berceau de la littérature moderne telle qu’on la connaît et qu’on l’apprécie aujourd’hui. C’étaient des héros, des hommes un peu vains évidemment. Dans quelques-unes des versions il y avait aussi une femme, Atalante. Mais c’est l’idée de cette quête téméraire qui évoque pour moi une envie de la découverte, de l’exploration de l’autre, et de l’aventure qui m’a toujours plu.

 

Quel est la particularité de cette maison d’édition ?

 

L’objectif des Argonautes n’est pas simplement de publier de la littérature européenne, mais aussi de rendre cette dernière plus visible et plus accessible. En effet, 76% des romans traduits en France sont des traductions de l’anglais. Nous connaissons tous en détail la culture américaine, mais nous ne sommes pas aussi renseignés sur la plupart des pays européens. La barrière d’entrée est donc plus compliquée à dépasser pour s’intéresser à un roman hongrois, croate ou norvégien. Or ce sont des pays proches de nous et de notre histoire, et je pense qu’il est important de découvrir leur littérature.

Nous nous intéressons particulièrement à la nouvelle génération de lecteurs et à leur besoin d’un lien renforcé et en quelque sorte réinventé avec l’éditeur. L’ambition de la plateforme est donc de rassembler les passionnés ainsi que tous les différents acteurs pour créer tout un éco-système autour des traductions de littérature européenne en France avant même de publier le premier livre. Nous allons donc parler des publications de tous les éditeurs afin d’apporter davantage de visibilité aux auteurs européens mais aussi aux traducteurs, aux festivals littéraires, aux libraires, qui sont tous engagés pour la diversité du paysage éditorial. C’est la première maison d’édition française à faire cela.

 

Comment souhaitez-vous réinventer le lien entre l’éditeur et le lecteur ?

 

L’idée innovante de la plateforme est de proposer une certaine visibilité aux acteurs de la transmission culturelle, aux traducteurs, aux spécialistes, aux éditeurs de la littérature européenne, dont le métier est souvent peu connu. Ce lien privilégié entre les passionnés et les professionnels sera établi à travers des outils innovants proposant une interaction concrète avec le projet : une carte interactive permettant de donner une expérience nouvelle du paysage littéraire de l’Europe. Chacun va pouvoir mettre un livre sur la carte, trouver des recommandations et même des itinéraires de lecture pour découvrir un pays, une région ou une ville européenne à travers la littérature. Un moteur de recherche aussi ludique que précis permettra de trouver des publications. C’est un bon moyen de se rapprocher des nouvelles générations de lecteurs qui ont des attentes plus élevées et qui cherchent des lectures souvent bien spécifiques.

 

Votre réseau de partenaires se situe-t-il dans le continent tout entier ?

 

Nous ne visons pas seulement la littérature provenant des pays de l’Union Européenne, mais l’Europe géographique tout entière (la Russie, la Turquie mais aussi la Géorgie en font partie dans nos yeux). Nous avons des contacts présents un peu partout en Europe, mais également dans le reste du monde. C’est un travail de réseau et de relations de confiance. Ainsi je peux recevoir des conseils de la part d’un confrère éditeur des États-Unis ou de l’Asie qui a publié un auteur européen, ce qui me permet de découvrir des auteurs d’envergure internationale qui ne sont pas encore traduits en français. A l’international nous travaillons déjà ensemble : défendre un auteur que nous publions tous les deux permet de créer des liens forts. J’aimerais porter cette expérience en France. Travailler ensemble pour mettre en lumière la qualité et la diversité du paysage éditorial me semble avoir du sens à un moment où nous devons défendre la valeur de la lecture en soi. Nous risquons de perdre la nouvelle génération de lecteurs qui souvent ne voit plus l’intérêt de lire autre chose que les deux, trois meilleures ventes nous venant de la littérature anglo-saxonne.

 

Que souhaitez-vous apporter au paysage mondial de l’édition ?

 

À ma connaissance il n’y a pas de maison d’édition qui se spécialise en littérature européenne dans le monde. Il y a une belle production et des grands éditeurs de littérature traduite, mais l’Europe n’est pas forcément mise en avant. Insister sur le vieux continent avec toutes les difficultés et sensibilités que cela implique est donc nouveau. C’est plus facile de s’ouvrir vers le monde entier ou de se concentrer sur une littérature précise : la littérature russe, le polar coréen … Il y a de nombreuses et très belles entreprises. Se centrer ainsi sur l’Europe peut poser la question du regard euro centriste, ou susciter des soupçons d’une démarche politique. Mais nous pensons qu’il est possible de parler de l’Europe sans faire de l’ombre aux autres régions du monde ou promouvoir un modèle politique. Insister sur la diversité et créer plus de visibilité à l’ensemble de la littérature européenne permet également d’en donner davantage aux autres littératures, comme celles venant des pays asiatiques ou africains. Nous avons peut-être développé une nouvelle sensibilité nous apportant un autre regard : il devient important pour certains de détacher le regard des grandes influences culturelles perçues parfois comme dominantes et de concentrer son attention sur ce qui est plus proche de nous ou moins évident : selon nous la littérature européenne parfois brute et étonnante, avec des approches authentiques, riches des expériences historiques et des origines les plus divers, peut nous apporter beaucoup dans ce sens.