Publié le :

The Good Manager – Outils et bonnes pratiques pour un numérique durable et inclusif dans l’édition

#Bonnes Pratiques

La digitalisation toujours croissante des usages pose de nombreuses questions d’un point de vue économique, mais aussi social, culturel et écologique. Comment réduire l’impact de nos pratiques, travaux et contenus numériques ? Comment penser un monde numérique accessible à tous ? Ces questions qui concernent tous les secteurs d’activités s’appliquent particulièrement à la culture, au divertissement et aux industries du contenu qui, selon les rapports du Shift Project, représentent un réseau d’équipements particulièrement dense et plus de la moitié de la bande passante du numérique. Poids lourd des industries culturelles en France et en Europe, le secteur de l’édition a un rôle majeur à jouer dans la transformation durable et l’accessibilité des outils et contenus digitaux. C’est en partie pour répondre à ces enjeux que le Labo de l’édition participe au projet européen The Good Manager aux côtés de cinq autres partenaires. Ce dernier vise à encourager la mise en place d’un numérique durable et inclusif à travers la construction d’une plateforme destinée à former les professionnels à ces questions.

 

Pour un numérique accessible

La question de l’accessibilité des contenus numériques pour les personnes en situation de handicap est d’autant plus cruciale pour les professionnels du monde de l’édition que la directive européenne d’accessibilité des biens et des services, adoptée en avril 2019, va enjoindre les éditeurs de rendre les livres électroniques et les logiciels spécialisés nativement accessibles dès 2025. Cette nouvelle législation concerne tous les maillons de la chaîne du livre – éditeurs bien sûr, mais aussi compositeurs, diffuseurs, libraires, bibliothèques, concepteurs de matériels et de logiciels de lecture – et nécessite donc une mise en œuvre harmonisée.

Le groupe Normes et Standards de la commission numérique du Syndicat national de l’édition (SNE) propose ainsi une charte technique pour aider les éditeurs à adapter leurs contenus numériques et les accompagner dans la fabrication de cette nouvelle offre. Si nous employons ici le mot « crucial », c’est parce que, comme le souligne le SNE en préambule de la charte, « les acteurs de l’écosystème qui n’auront pas anticipé [cette obligation légale européenne] prennent le risque de disparaître purement et simplement du paysage numérique ».

Au-delà de la nécessité de répondre aux exigences législatives, il est aussi question de sensibiliser à la situation de handicap qui concerne 80 millions de personnes à l’échelle européenne, sans compter le phénomène du vieillissement de la population qui entraîne des pertes de certaines facultés et donc un besoin accru d’une offre de contenus accessibles.

Le projet The Good Manager, s’il ne circonscrit pas ses bonnes pratiques choisies au seul domaine de l’édition, s’inscrit pleinement dans cette logique en mettant en avant des initiatives d’éditeurs de contenus numériques et d’acteurs de filière qui ont trouvé des solutions innovantes pour répondre à l’enjeu de l’accessibilité. C’est le cas des Éditions Belin, par exemple, qui ont numérisé et adapté les ouvrages de leur collection « Colibri », spécialement conçue pour les enfants dyslexiques, en ajoutant six fonctionnalités pour le déchiffrage (modification de la taille de la police, mise en couleur des graphèmes étudiés), pour la compréhension (définitions écrites et audio des mots ou expressions difficiles) et pour la motivation (lecture audio d'un segment qui pose problème, d'une page complète ou du livre en intégralité). La startup nantaise Mobidys est un autre exemple d’entreprise croisant les thématiques de l’innovation technologique et de l’édition pour développer une offre de livres numériques accessibles aux publics Dys. Elle a ainsi créé le format numérique FROG qui intègre des outils de facilitation de lecture inspirés des techniques orthophoniques et personnalisables en fonction des besoins de chacun. Toujours sur le sujet de l’accessibilité des contenus numériques aux publics Dys, le projet belge NumaBib initié par l’ADEPA (association belge de parents et de professionnels pour les enfants en difficulté d’apprentissage) a abouti à la réalisation d’une e-bibliothèque constituée de versions numériques de manuels scolaires adaptés (manuels de référence, cahiers d’exercices, etc.). Il s’agit plus précisément de fichiers PDF convertis pour accueillir des logiciels spécifiques d’aide à la lecture et à l’écriture destinés aux élèves à besoins spécifiques.

 

Pour un numérique durable

Les derniers rapports et études menés par les acteurs du secteur de l’édition, comme le baromètre « Les Français et la lecture » publié en mars 2021 par le Centre national du livre (CNL) ou le baromètre des usages du livre numérique publié en avril 2021 par la Sofia, la SGDL et le SNE, révèlent un attrait confirmé du jeune lectorat pour le support numérique (principalement le smartphone) dans ses pratiques de lecture. De plus, le numérique a installé une certaine porosité entre les différents types de contenus et les pratiques se tournent de plus en plus vers le cross-média. Ces nouveaux usages doivent inviter les acteurs de l’édition à rester en veille sur l’impact écologique du digital. Les développeurs de librairies en ligne, les concepteurs de matériels et de logiciels de lecture mais aussi toutes les professions en lien avec le numérique (marketing digital, publicité, brand content etc.) ainsi que les entreprises innovantes de l’édition trouveront sur The Good Manager les bons outils pour se former à la sobriété numérique.

 

Découvrir The Good Manager

Partager sur :

Lire aussi #Bonnes Pratiques

[RESSOURCE] Cahier expert | GenZ et industries créatives : les 15-24 ans aux manettes de demain

propulsé par LINCC

 

 

Jeunes adultes en devenir, précurseurs du monde de demain, les jeunes de 15 à 24 ans sont un public clé pour les industries cultu­relles et créatives. C’est à la lumière de leurs usages, de leurs regards et de leurs habitu­des que se dévoilent les transitions de notre société et les modes de consommation à ve­nir.