Publié le :

Livre et développement durable : 5 initiatives qui tentent de faire bouger les lignes

#Bonnes Pratiques

Le développement durable est une problématique en passe de prendre de plus en plus d’ampleur dans les industries culturelles et créatives, notamment dans le secteur du livre où de nombreuses questions sont encore en suspens. Recyclage, fabrication, consommation de papier, mise au pilon, sensibilisation des lecteurs… Pour répondre à ces enjeux et anticiper une demande de plus en plus tournée vers l’écologie, des initiatives se développent pour y ancrer les pratiques autour du livre. Nous vous présentons 5 de ces projets qui tentent de faire bouger les lignes.

 

 

RecycLivre

Créée en 2008, RecycLivre est un site de vente de livre d’occasion fort d’une initiative solidaire et éco-responsable. RecycLivre récupère gratuitement les livres dont on souhaite se débarrasser et les revend sur sa plateforme. A chaque livre vendu, 10% du prix de vente du livre sera reversé à des programmes de lutte contre l’illettrisme. Sur leur site, trois compteurs montrent combien de litres d’eau ont été économisés, combien d’arbres ont été préservés ainsi que le montant total des donations générées par les achats effectués via leur plateforme. De plus, l’initiative RecycLivre s’inscrit également dans une volonté d’intégration sociale puisqu’elle a deux partenaires importants : Lire et faire lire, qui permet aux personnes âgées de plus de 50 ans de transmettre le goût du livre et de la lecture aux plus jeunes, ainsi que l’association ARES, qui lutte pour l’insertion sociale et professionnels des publics en grande difficultés, à qui ils sous-traitent la gestion de leurs stocks et les expéditions. L’acheteur a donc l’opportunité de donner une nouvelle vie à un livre tout en participant au soutien d’initiatives solidaires et éco-responsables.

 

Swapbook

Swapbook est une start-up dont l’ambition est de défendre des valeurs à la fois sociales, culturelles et environnementales. A travers son application et différentes animations autour de celle-ci, l’objectif de Swapbook est de favoriser l’économie sociale et collaborative et de promouvoir l’éducation pour tous, en développant une économie circulaire autour du livre. En effet, le principe de l’application permet de revendre et d’acheter des livres d’occasions ou neufs. Ainsi, Un livre vendu ou acheté sur l’application, permet d’économiser l’équivalent carbone de 7,5 kg et environ 58 litres d’eau. En supplément, un manifeste pour une consommation du livre plus responsable et solidaire est disponible sur leur site internet !

 

Culture papier

L’association Culture Papier a été créé en 2010 pour le développement durable du papier et de l’imprimé. Son objectif est à la fois de valoriser l’écosystème du papier graphique, de sensibiliser sur les valeurs sociétales du papier et de l’imprimé et de développer la complémentarité du papier et du numérique. Sur le site internet de l’association, un grand nombre de schémas expliquent, chiffres à l’appui, l’impact du livre papier et imprimé mais aussi du livre numérique sur l’économie, la société et l’environnement.

 

IGB édition

IGB est une maison d’édition née en Janvier 2020, qui se veut indépendante et éco-responsable. En effet, elle s’engage à compenser l’impact environnemental lié à ses besoins d’impression en soutenant Reforest'Action, un acteur de la reforestation en France et dans le monde, par le biais duquel IGB édition plante un arbre toutes les 16 000 feuilles A5 utilisées. Ainsi, 1 000 exemplaires de chaque roman permettront par exemple de replanter 20 arbres.

 

La médiathèque de Venelles

Les bibliothèques aussi tentent de limiter leur impact en se lançant dans le développement durable. De la création de grainothèques à la mise en place de fonds et d’actions spécifiques pour sensibiliser les publics, les médiathèques s’impliquent de plus en plus dans cet axe éco-responsable et solidaire. Notons l’exemple de la médiathèque de Venelles située dans les Bouches-du-Rhône, qui a été conçue en plaçant le développement durable au centre. Cet engagement s’en ressent de l’architecture aux collections et même aux animations se déroulant au sein de ce lieu culturel. Le fonctionnement de la médiathèque elle-même est à faible empreinte écologique. On peut en effet noter une politique d’achat et de consommation responsable avec par exemple une inclusion dans les appels d’offres de clauses environnementales ou encore la recherche de dématérialisation pour toutes les procédures.

Partager sur :