Publié le :

Interview de l'auteur Anthony Lucchini - Beta Book Jam - Nuit de la Lecture 2021

#Évènement

 

A l’occasion de la Nuit de la Lecture du 22 au 24 janvier aura lieu la Beta Book Jam organisée par la maison d’édition Beta Publisher, l’école Estienne, en partenariat avec Pandasuite et le Labo de l’édition. Une game jam littéraire durant laquelle les auteurs de la maison d’édition, les étudiants du DSAA Design et Création numérique et divers professionnels créeront en un temps limité des expériences narratives innovantes, à la croisée du jeu vidéo et du livre !

Pour cette 2e édition de la Beta Book Jam, nous vous invitons à la restitution en ligne des créations/jeux sur Twitch.

Pour découvrir leurs créations originales et innovantes lors de la restitution, rendez-vous ICI le 24 janvier à 19h !

Afin de vous préparer à ces découvertes, les auteurs vous dévoilent leurs univers, les coulisses de leur travail et leurs attentes avant la Beta Book Jam à travers des interviews ! Voici aujourd’hui l'interview d'Anthony Lucchini, auteur de Les Nocturnes.

 

 

 

Êtes-vous familier de l’univers du jeu vidéo ? Cet univers vous influence-t-il d’ordinaire dans votre travail ?

C’est une parenthèse que je ne me suis pas accordée depuis un petit moment. Certains jeux (Zelda pour n’en citer qu’un) m’ont conduit à acheter successivement différentes consoles pour pouvoir suivre les aventures des héros. L’univers fantastique est celui que j’aime explorer le plus et il est vrai que c’est aussi celui qui stimule le plus ma créativité.

 

L’imposition d’un thème mystère, est-ce une contrainte pour vous ou au contraire cela vous aide-t-il ?

Quoique nous fassions dans nos vies personnelles ou professionnelles, nous avons des contraintes. Celles-ci sont plus ou moins faciles, gérables en fonction de nos capacités et de nos goûts mais je pense que c’est en sortant de sa zone de confort que nous devenons le plus agile et le plus créatif.

 

Avez-vous l’habitude de travailler en temps limité dans votre travail personnel ?

A titre professionnel oui, mais il est vrai que je m’autorise plus de latitude à titre personnel. Néanmoins quand cela est nécessaire et que d’autres sont impliqués, je me débrouille pour répondre au cahier des charges. Mon éditrice vous répondrait sans doute que j’ai une vision personnelle du temps limité.

 

Avez-vous déjà participé à un hackathon ? Si oui, qu’est-ce qui vous plaît dans cette expérience ?

Une fois, c’était l’année dernière, à l’occasion de la première jam. Ce qui m’a beaucoup plu, c’est l’intensité de ce moment. Devoir très vite briser la glace avec des gens que l’on ne connait pas pour atteindre un objectif commun tout en s’appuyant sur les forces de chacun.

 

Le travail d’écriture des auteurs est souvent très solitaire. Comment envisagez-vous cette expérience collaborative avec des étudiants ?

Je dirais qu’une partie seulement du travail d’auteur est solitaire car, après tout, un livre ne s’écrit pas seul. La collaboration avec sa maison d’édition est indispensable. Des idées vont être proposées, évaluées quant à leur originalité, à la possibilité de les mettre en œuvre aux vues des contraintes de l’exercice. Tout le monde doit pouvoir retrouver de sa personne dans la réalisation finale.

 

Quelle(s) qualité(s) vous semblent importantes pour ce hackathon en équipe ?

La bienveillance, le non-jugement, l’écoute active et la capacité de fédérer lorsqu’il ne peut y avoir de consensus.

 

En dehors de cette game jam littéraire, avez-vous déjà pensé à des formes de narration innovantes en tant qu’auteur ?

Je ne sais pas si cela pourra véritablement être considérée comme de la narration à proprement parler mais nous avons réalisé avec la maison d’édition la mise en place d’une déambulation sonorisée onirique dans la ville de Salon de Provence. Les participants sont appelés, grâce à tous leurs sens, à basculer dans une vision alternative de ce qu’ils ont sous leurs yeux.

 

Partager sur :