Publié le :

4e édition du baromètre « Les Français et la lecture », par Ipsos pour le CNL

#Bonnes Pratiques

 

 

Depuis 2015, le Centre national du livre (CNL) publie tous les deux ans une étude barométrique dans le but de mesurer, comprendre et identifier les pratiques et les perceptions des Français vis-à-vis du livre et de la lecture. La mise en œuvre de ce baromètre riche d’informations s’inscrit pleinement dans les missions du CNL qui s’appuie sur un ensemble d’études pour mieux connaître le secteur dans lequel il évolue et éclairer la profession sur le lecteur, ce « point de jonction de l’ensemble des acteurs en aval de la chaîne du livre ».

 

Pour cette 4e édition conduite par Armelle Vincent Gérard et Maëlle Lapointe (Ipsos), la méthode est restée la même : un échantillon de 1 000 personnes de 15 ans et plus ont été interrogées par téléphone durant 28 minutes du 8 au 26 janvier 2021. Le questionnaire adressé aux interviewés n’a pas fait allusion au confinement pour que le dispositif de l’étude reste identique et ainsi faciliter la comparaison des pratiques de lecture des Français d’une année sur l’autre.

Plus précisément, la lecture du baromètre permet d’apporter des réponses aux questions clés suivantes : quelle importance les Français accordent-ils à la lecture dans la vie et dans leurs pratiques ? Que leur apporte la lecture ? Quels sont ses bienfaits ? Quelles sont leurs sources de prescription ? Pour quelles raisons lisent moins ou pas du tout ? Et quelles raisons pourraient les inciter à lire plus ? Quelles évolutions dans leurs pratiques depuis 2019, mais aussi depuis 2017, 2015 ?

Les données recueillies ont pour objectif principal d’éclairer sur les raisons d’un éventuel désengagement vis-à-vis de la lecture, pour in fine faire venir ou revenir à la lecture les publics qui en seraient éloignés grâce à la mise en place d’une politique de soutien la plus adaptée possible.

 

Quelques éléments de la synthèse que nous avons retenus :

 

• Le taux de lecteurs baisse surtout chez les 15-34 ans et presque autant chez les femmes que chez les hommes. Néanmoins, les femmes sont toujours plus lectrices que les hommes et les 15-24 ans restent un peu plus lecteurs que les autres tranches d’âge.

• Chez les grands lecteurs de livres papiers (20 livres et plus par an), la tendance au rajeunissement constatée en 2017, puis en 2019, n’est plus d’actualité : l’âge moyen des grands lecteurs est passé de 52 ans à 55 ans et la proportion des 65 ans et plus n’a jamais été aussi élevée (45 % vs 36 % en 2019).

• Si les Français déclarent toujours majoritairement avoir envie de lire plus de livres, ils sont nettement moins nombreux que les années précédentes. Cette envie de lire en retrait concerne tous les Français, femmes ou hommes, mais plus majoritairement les moins de 35 ans).

• Même s’ils lisent et achètent moins de livres, les Français sont très attachés aux librairies et sont plus nombreux qu’avant à déclarer s’y procurer des livres. Les librairies générales devancent désormais les GSS et GSA.

• Certainement en écho aux restrictions liées à la crise sanitaire, sortir avec des amis serait, sans aucun doute, l’activité privilégiée par les Français, s’ils avaient une journée de plus dans la semaine à consacrer à leurs loisirs. Pour autant, et bien qu’en baisse, chez les jeunes, la lecture reste en 2e position. Et les Français n’ont jamais autant, ni de façon si affirmée, valorisé la lecture !

 

 

Pour lire l’étude, cliquez ici

 

 

Partager sur :